Annuaire association

Supprimer toutes les publicités avec l'asso-pack + ?
Commander !

Cotizasso, gérer les cotisations de vos adhérents

21/09/2017 - La "Diane surprise par Actéon" de Chassériau entre dans la collection permanente du Musée national de l'Art occidental de Tokyo

 

 

Le Musée national de l'Art occidental de Tokyo a fait aujourd'hui l'acquisition de "Diane surprise par Actéon" par Théodore Chassériau : 1ère peinture de Chassériau figurant dans la collection permanente d'un grand musée d'Asie

 

Cette très belle peinture rejoint aujourd'hui la collection permanente du grand musée de Tokyo.

 

Le refus de la "Diane surprise par Actéon" au Salon de 1840 provoqua l'indignation de Théophile Gautier, qui très tôt s'intéressa à l'artiste et fut toujours un ardent défenseur de son oeuvre.

 

« il est impossible de soupçonner même lointainement le motif d'une semblable exclusion : il est vrai que ces messieurs n'ont pas besoin de motif, il suffit qu'une chose soit belle » (La Presse, 11 mars 1840).

 

Deux jours plus tard, il revenait sur la question et réaffirmait sa colère pour ce renvoi : dans 'Diane surprise par Actéon', avec l'effet de soleil couchant, blond et vermeil comme l'or rougi à la fournaise, Chassériau avait, selon lui, donné la meilleure réponse à la critique qui ne voyait en lui qu'un élève d'Ingres et qui ne lui reconnaissait que des qualités de dessinateur.

 

Dans la peinture, comme dans notre feuille, le dessin ingresque des figures est accompagné de larges couches de couleur, qui enveloppent les personnages dans une atmosphère crépusculaire ajoutant une tension dramatique à la scène, comme suspendue au moment où Actéon, transformé en cerf par Diane furieuse d'avoir été surprise au bain avec ses nymphes, est sur le point d'être attaqué par ses chiens (Ovide, Metamorphoses, III, 207-232)'

 

Extrait du site de l'Inventaire du département des Arts graphiques du Louvre

 

 

 

 Accrochage de "Diane surprise par Actéon" lors de la rétrospective Chassériau: Parfum exotique - février/mai 2017